Blog

Les nouveautés de la mise à jour du 8 Janvier 2018

Cet article est une traduction de l’article postée par Jon Mayfield concernant la nouvelle mise à jour de Zwift.

Salut les Zwifter, cette mise à jour inclut de nombreuses corrections mineures et des évolutions que nous voulons proposer à tout le monde, juste avant une plus grosse release sur laquelle nous travaillons.

Cette mise jour contient :

  • L’ajout d’une mission à plus de 10,000 calories active à partir du 14 Jan
  • L’ajout d’une boite de confirmation lorsque l’utilisateur supprime des activités de longue durée
  • La correction de la cadence de course du footpod via ANT+
  • Un lissage des transitions de certains cyclistes sur Watopia (pour éviter les changements de direction brusques)
  • Les évènements (sortie de groupe, entrainement, …) basés sur la distance et l’heure qui ne possèdent pas de résultats de course auront un écran tout simple (plus de classement affiché car il n’a pas de sens)
  • Tous les messages sont désactivés pour les utilisateurs de moins de 13 ans
  • Lorsqu’un utilisateur rejoint tardivement un évènement, son placement sera plus précis (parfois il était parachuté plusieurs centaines de mètres devant le peloton)
  • Le téléchargement des entrainements de groupe sera plus robuste
  • Il n’est plus possible de changer de sport en plein milieu d’une sortie de groupe
  • Une fois qu’on a rejoint une sortie de groupe, il ne sera plus possible de changer son poids
  • Corrections pour AppleTV. Certaines courses crash le périphérique dans l’écran d’appareillage
  • Le changement de pente sera plus précis dans les sorties de groupe
  • Correction d’un bug qui touchait les cheveux des avatars, disparaissant de temps en temps, notamment pendant les fêtes
  • Les manivelles devraient mieux s’afficher sur les périphériques avec de faibles cartes graphiques
  • D’autres corrections ou amélioration de performance

Et tout cela, en plus de l’évolution majeure qui constitue la nouvelle extension de Londres.


Nouvelles règles du comité anti-dopage Zwift (ZADA)

Ceci est une traduction d’un message posté sur Facebook par le ZADA. Le ZADA est le comité anti-dopage chargé de contrôler que les coureurs ne dépassent pas les limites de puissance définies par des règles strictes dictées par le ZADA. L’original est disponible à cette adresse => https://www.facebook.com/groups/ZwiftRacers/permalink/561206357558207/

  1. Une nouvelle limite d’effort. De la même manière qu’il était interdit de dépasser 5W/kg pour certaines courses, il existe dorénavant une limite à 6W/kg pour 5mns d’effort. Si vous dépassez cette limite vous serez disqualifié lors de l’affichage des résultats sur zwiftpower.com et dirigé vers le ZADA. Cette limite de 5 mns représente celle d’un coureur Elite. Cela évite de faire gagner certains coureurs qui passeraient sous la limite des 5W/Kg sur de longs efforts en gagnant grâce à des efforts courts.
  2. Pour être validé par le Zada en cas de dépassement de ces limites vous devez accepter les termes et les conditions Zwiftpower.com. La mission du Zada sera de vérifier votre historique de courses virtuelles comparé à vos sorties/courses réelles. Nous ne sommes pas capables de faire ce travail sans votre historique de course, nous ne pourrons donc traiter les demandes de validation que lorsque vos données seront entièrement disponibles.

En plus du point 2, nous avons une liste d’environ 30 coureurs à traiter du fait des récents problèmes de disponibilité de ZP ces dernières semaines.  Mais nous faisons de notre mieux pour les traiter même si cela pourrait prendre un certain temps.

  1. Nous avons beaucoup de requêtes provenant de coureurs pour lesquels il n’existe pas de profil de puissance disponible en extérieur (Outdoor). Ces cas sont complexes et nous prennent beaucoup plus de temps. Nous sommes rarement en mesure de confirmer leur force. Prenez en compte le fait que si vous nous soumettez des données sans puissance IRL, il y a peu de chances que vous soyez validé. Par ailleurs, ces cas particuliers nous posent problème car ils ralentissent le processus de qualification des autres coureurs pour lesquelles il existe des données IRL valides.

Si vous avez besoin de valider votre profil, c’est par ici – https://zada.zwiftraces.cc/

Merci de nous solliciter uniquement si vous avez été identifié au-delà des limites 5 & 20 minutes. Nous souhaitons passer du temps uniquement avec les coureurs qui méritent d’être validés et qui sont aujourd’hui exclus des résultats de courses.

Merci. L’équipe ZADA.

Traduit par SJ


Interview d’Eric Min, le PDG de Zwift

Cet entretien a été traduit de l’anglais à partir de l’interview mise en ligne sur Youtube :  https://www.youtube.com/watch?v=IOzkvS2en28.

L’an dernier lors de notre échange, vous disiez que Zwift était à 2/10 en termes de potentiel, où vous en êtes aujourd’hui ?

Je dirais 3,5. Nous avons fait plusieurs améliorations, les évènements tout d’abord. Les entrainements de groupes (group workout). C’est notre réponse pour faire venir plus de monde, notamment ceux qui utilisent des vélos de fitness (spinning). Mais surtout nous avons fait d’autres choses. Des choses que les gens ne voient pas et qui nous permettront d’étendre la capacité de nos plateformes à monter en charge. Nous avons aussi travaillé sur la dette technique [pour les non informaticiens, une dette technique c’est en quelque sorte un logiciel qui au fil des ans a subi le poids des évolutions mais dont les fondations d’origine ne sont plus adaptées]. Le but est de gérer des cartes plus volumineuses, plus de coureurs simultanément et plus de types de maillots. Cet hiver nous nous attendons à une croissance importante, il faut la gérer.

Parlons chiffres maintenant. Avant tout, connaissez-vous le nom de tous vos employés ?

Je vous mentirai si je vous disais que je connais tout le monde. A chaque fois que je vais à Long Beach (le siège de Zwift est à Long Beach en Californie, Eric, lui, habite à Londres) je dois me présenter et faire connaissance avec les nouvelles têtes.

Combien êtes-vous aujourd’hui ? 120 ?

Nous sommes 140. Et des embauches sont encore prévues.

Revenons sur les chiffres. L’an dernier vous disiez que le nombre d’inscrits était d’environ 180.000. Où en est-on aujourd’hui ? La nation Zwift a-t-elle grandi ?

Aujourd’hui nous avons environ 400.000 comptes Zwift enregistrés. 300.000 sont des clients payants. Mais l’activité de Zwift est très saisonnière. Nous enregistrons beaucoup d’entrées entre Octobre et Mars. Et il n’y a pas tant que cela de sortie. Nous l’estimons à 1 personne sur 7. La plupart revienne. Il faut quitter Zwift pour mieux l’apprécier et revenir. Moi-même il m’est arrivé de me désabonner de NetFlix trois fois mais j’y suis toujours revenu. Maintenant je ne me désabonne plus.

Quelle part des ressources de la société est dédiée à garder les clients existants comparé à la part dédiée à faire venir de nouveaux abonnés ?

Je pense que le produit actuel a pour objectif principal de garder les abonnés existants. Nous avons investi sur la course à pied, nous allons peut-être intégrer l’elliptique. Pour nous la priorité est portée sur les clients existants car ce sont eux qui feront venir de nouveaux abonnés.

L’an dernier vous avez levé des fonds (20M de dollars). Y at-il une autre levée prévue bientôt ? Que pouvez-vous nous dire sur ce point, où vous en êtes ?

Nous allons continuer à investir. C’est d’ailleurs ce qui nous différencie par rapport aux précédents acteurs du secteur. Nous consommons beaucoup de capital. Nous sommes d’ailleurs presque profitables. Nous nous plaçons sur le long terme.

Vous avez éludé la question, y-a-t-il un nouveau tour de table prévu bientôt ?

Oui c’est la nature de notre métier. Notre produit est visible, nous avons prouvé qu’il est sur un marché porteur. Nous ne courons pas après les investisseurs. Ils savent où nous trouver. Nous ne souhaitons pas nous positionner sur un marché de niche. Notre marché est vaste. Tout le monde veut faire du Fitness aujourd’hui. Il faut être en forme. Je pense vraiment que si nous continuons à créer un super produit, les gens voudront faire plus de sport. C’est une belle mission à accomplir.

Vous l’avez dit, c’est un marché très porteur et de nombreux acteurs commencent à s’y intéresser. Cette semaine encore j’ai découvert un nouveau venu : https://www.facebook.com/rideVirtuGO/. On parle aussi de Road Grand Tours (https://www.roadgrandtours.com/) qui a encore des progrès à faire mais qui atteint déjà un bon niveau. On parle aussi des chinois qui savent très bien copier. Zwift a prouvé que le cyclisme pouvait être fun, pourquoi les autres n’y arriveraient pas ?

On sait très bien ce qui se trame aujourd’hui ailleurs mais il y a une grosse différence entre un projet et un business. C’est tellement compliqué de faire marcher une entreprise. Il faut un portefeuille, il faut payer pour avoir des services et c’est beaucoup de travail. Ce n’est pas que nous ne sommes pas concernés mais nous avons tellement de choses à accomplir devant nous. La menace aujourd’hui de  Zwift c’est Zwift lui-même. C’est notre capacité à faire grossir notre réseau et à améliorer l’expérience utilisateur. Notre avantage principal c’est notre communauté. N’importe qui aujourd’hui pourrait développer un logiciel comme Facebook, ce n’est pas compliqué techniquement avec un peu d’argent. En revanche, ce qui est compliqué c’est de gagner la popularité et la communauté d’utilisateur de Facebook. Pourquoi les gens changeraient de réseau social ?

Donc l’existence de Zwift est conditionnée par sa communauté. Mais vous regardez quand même ce que font les autres ?

Bien sûr je suis moi-même un consommateur. J’ai essayé tous ces outils concurrents. Je suis sûr que les utilisateurs de « Grand Tour » (il est repris par l’interviewer) pardon « Road Grand Tour », sont aussi des utilisateurs de Zwift. On verra. C’est un gros marché, il y a de la place pour tout le monde, je leur souhaite de réussir.

Parlons maintenant un peu de la marque Peloton (http://stephanekeulian.com/peloton/). Un succès incroyable. L’idée est de suivre des cours de Spinning avec un coach réel. C’est un marché très féminin. Est-ce que ça vous inquiète ?

Nous ne sommes pas trop concernés par Peloton, c’est un autre business, un autre marché. Une expérience utilisateur différente. Ils ont levé énormément de fonds pour payer leur publicité. Nous ne sommes pas une société pilotée par la pub. Ils payent 2000$ des coachs, l’abonnement est de 39$, vous êtes engagé pour un an. Ce qu’ils font est bien, ils font la promotion du vélo Indoor. Il y en a qui aiment l’expérience utilisateur Peloton et d’autres qui préfèrent celle de Zwift.

Le marché du Fitness est énorme, vous l’avez dit. Est-ce que vous voyez des acteurs tels que Apple, Google, Amazon entrer dans ce marché avec leur gros bulldozer ?

Non. Je ne le pense pas. Ils courent après des choses plus intéressantes pour eux. Ce qui est sûr c’est qu’aucun d’eux ne possède de stratégie fitness. Mais encore une fois, on ne se concentre pas sur eux. Si nous continuons à être concernés uniquement par notre mission nous continuerons à grossir. Ce qui se passera ensuite n’est pas d’actualité aujourd’hui. On verra bien.

Parlons maintenant des circuits. Est-ce que Watopia est gravé dans le marbre ?

Je ne sais pas si on peut dire ça mais en tout cas on a essayé les circuits réels (Richmond), hybrides et totalement fictifs. Watopia est mon préféré. Il y a des gens qui aiment bien Richmond (si si ça existe) et d’autres qui préfèrent Londres. Je pense que nous allons étendre le circuit de Londres, Watopia va continuer de croitre. Richmond est ce qu’il est. Mais vous allez surtout découvrir de nouveaux circuits.

Des circuits totalement différents des circuits actuels ?

Oui. Watopia est un circuit très dense avec de nombreuses routes. Mais cet hiver vous allez avoir encore de nouvelles routes sur Watopia.

Mais c’est une info, désolé mais là je dois insister. Cela intéresse beaucoup de gens. Vous me dites que Watopia va avoir plusieurs expansions au pluriel dès CET hiver. C’est bien ça ?

Oui j’imagine que vous allez avoir plus. Je ne sais pas encore combien de circuits mais vous allez découvrir plus. Il faut laisser la créativité de l’équipe s’exprimer. C’est ce qu’ils aiment, créer de nouveaux univers.

Est-ce qu’on peut espérer au moins une nouvelle route pour cet hiver ?

Oui je l’espère avec la sortie d’un tout nouveau circuit. Les deux sujets sont en cours de développement et bien aboutis.

Ok, et vous pensez qu’on va aussi découvrir ce tout nouveau circuit cet hiver ?

Oui je l’espère. Zwift souhaite emmener les gens vers des endroits où ils n’ont jamais été et où ils n’auront probablement jamais l’occasion d’aller. Tout cela dans le monde réel.

Est-ce que ça signifie que le nouveau circuit sera basé sur un circuit réel qui existe dans notre monde ?

Dans tous les cas ce circuit a besoin de coordonnées GPS. Il doit exister quelque part sur des routes réelles. Par définition je répondrai donc Oui. Nous avons des demandes d’utilisateurs et d’organisateurs d’évènement pour créer un circuit qui serait basée sur une course légendaire. Je ne veux pas complètement éliminer cette option. La manière dont nous allons le faire sera originale, vous verrez.

Est-ce qu’on va enfin pouvoir choisir dans quel circuit rouler ?

Je sais que la communauté demande ce genre de chose. Nous n’aurons pas le choix car la densité des coureurs sur une carte devient problématique. Nous possédons aujourd’hui la technologie permettant de changer de circuit, de passer d’un circuit à l’autre. Jon et son équipe ont testé avec succès cette fonctionnalité l’an dernier.

Mais pourquoi ne pas la proposer ?

Il y a encore un peu de travail et c’est une question de priorité. C’est en priorité élevée mais ce n’est pas la priorité la plus élevée.

On peut l’espérer pour cet hiver ?

Compte tenu de la foule attendue sur les routes virtuelles cet hiver, nous n’aurons pas le choix.

Jon (Mayfield – le concepteur de Zwift) a évoqué sur Facebook, je cite «  la sortie prochaine d’un circuit avec une longue, très longue montée ». Pourquoi feriez-vous ça ? A combien estimez-vous le nombre de personnes intéressées ? 2% 3% ? 5% ?

Je ne pense pas qu’il y aura beaucoup de personnes intéressées.

Mais dans ce cas pourquoi dédier des ressources à ça ?

Parce que c’est une demande pressante de nos utilisateurs. Les gens ne la feront probablement pas  régulièrement mais nous allons expérimenter de nouvelles choses. Jon réfléchit encore sur la gamification de cette montée. Des armes qui permettront par exemple d’atteindre le sommet rapidement.

Prendre un ascenseur ?

Je n’en sais rien mais vous pouvez êtes sûr d’une chose : lorsque nous ferons cette longue montée nous rendrons l’expérience utilisateur vraiment fun.

Avez-vous réfléchit à l’idée de générer des circuits virtuels basés sur des cartes réelles fournies par les utilisateurs ?

Oui on y a pensé. Vous voyez ce genre de choses chez d’autres sociétés. Le problème c’est que vous n’aurez jamais de beaux graphismes. Créer une jolie carte nécessite (malheureusement) beaucoup de travail. Rien ne peut être généré automatiquement et visuellement abouti comme les paysages actuels de Zwift. Donc je ne sais pas. Nous verrons.

Certains utilisateurs souhaiteraient pouvoir rouler avec des coureurs possédant les mêmes capacités physiques. Zwit connait le nombre de W/Kg de chacun, il pourrait proposer une liste de coureurs qui nous correspond.

Oui, ça s’appelle le « matchmaking ». C’est très intéressant. Nous pouvons le faire mais aujourd’hui nous avons d’autres priorités. A titre personnel, j’aime bien cette idée. Je la soutiendrai.

Il parait que vous êtes en discussion avec ASO, l’organisateur du Tour de France. Que pouvez-vous nous dire sur ce point ?

Ce sont des fans de Zwift, ils aiment Zwift, ils l’utilisent. Ils voient Zwift comme un excellent moyen de s’entrainer pour des courses réelles et d’éviter des déplacements couteux et fastidieux. Ils ont aussi des marques telles que l’étape du tour. Nos échanges ont commencé avec quelqu’un de haut placé chez eux, un vrai passionné de Zwift.

Mais qui est cette personne ?

Le CEO. Il voit des opportunités pour promouvoir ses évènements et entrainer le maximum de personnes vers le cyclisme. Nous avons les mêmes objectifs.

Et le triathlon ?

Nous avons presque 20% de nos utilisateurs qui sont triathlètes. C’est un public que nous avons et à qui nous ne proposons rien aujourd’hui. Nous devons créer du contenu Tri pour eux. Ils font 3 sports et nous en proposons 2. Nous sommes en train de monter une équipe qui comprend vraiment le marché du Triathlon, ses codes et ses sportifs pour les fidéliser. Vous allez voir de plus en plus de contenu dédié aux triathlètes sur Zwift.

Et l’elliptique ? Vous en êtes où ?

[Rires]. Nous en avons parlé l’an dernier. La communauté en a parlé. Cela fait déjà presque 2 ans qu’on évoque ce sujet. Le plus tôt sera le mieux.  Mais franchement on a déjà beaucoup à faire avec les autres sujets dont la course à pied. Je dirai que l’année prochaine on verra quelque chose.

Tiens une question originale. Qui fait les voix comme « Ride On » ?

[Rires] Personne de la société en tout cas. C’est entièrement sous-traité par des professionnels. On en a testé plusieurs avant de choisir le bon. Peut-être que dans le futur vous pourrez choisir différentes voix.

Et après le niveau 25 ? Que se passe-t-il ?

On a tout un tas d’équipements (maillots, vélos, …) que nous souhaitons intégrer au jeu. Nous réfléchissons à la manière de monétiser le mieux possible ces équipements. Les objets disponibles, une boutique virtuelle, on voudrait que le coureur ait le choix des équipements en fonction de son niveau. Cet hiver nous allons déverrouiller de nouvelles choses.

Un vélodrome ?

Je ne trouve pas particulièrement intéressant de créer un vélodrome dans Zwift.

Vous savez que la communauté Zwift sait se faire entendre. En ce moment ils râlent beaucoup sur la manière dont Zwift gère le drafting. Quand un groupe en course est important et que chacun tire le groupe vers l’avant, la vitesse augmente de plus en plus annihilant toute volonté de s’échapper. Certains disent que vous avez modifié récemment l’algorithme de drafting. Est-ce vrai ?

Nous ne changeons pas le mode de drafting souvent. D’ailleurs, nous n’y avons pas touché depuis au moins un an. C’est drôle lorsque nous n’effectuons aucun changement dans Zwift comment les gens peuvent être persuadés qu’il y a eu du changement. Toujours est-il que nos équipes sont conscientes de ce problème. En revanche, il faut souligner une chose. Il n’y a pas de mécanisme de freinage dans Zwift, il n’y a pas de collision. On doit gérer d’importants groupes et le drafting devient du coup artificiel. Je pense que le mieux est que la communauté comprenne que le drafting virtuel ne sera jamais celui de la vie réelle. Nous ne pouvons pas calquer le drafting de la vie réelle dans Zwift. On peut évidemment faire mieux mais cela ne sera jamais identique au drafting réel. Techniquement, créer ses algorithmes est un vrai challenge.

Le truc, c’est que Zwift semble tellement réaliste que le gens veulent que ce soit totalement réaliste.

Oui et en même temps c’est très compliqué car cela ne concerne pas que le drafting mais la manière dont les coureurs se déplacent et interagissent entre eux. On pourrait y travailler mais la question est : est-ce plus prioritaire que les autres sujets que nous avons sur le feu. Je ne le pense pas.

Comment voyez-vous les entrainements de groupe se développer ? Le nouveau mode d’entrainement  de groupe a totalement révolutionné l’approche des workout.

[Les entrainements de groupe permettent désormais à des coureurs de ne jamais lâcher le groupe. Les moins forts restent avec les plus forts et font les mêmes exercices avec leurs capacités physiques]

Oui clairement c’est un changement radical dans l’approche de l’entrainement. Les coaches peuvent enfin faire des choses avec leurs athlètes. On doit leur donner plus d’outils. Mais l’idée que je puisse m’entraîner avec un André Greipel, un coureur pro ou un simple coach de manière sociale en restant dans le groupe est très intéressante. Nous pouvons aider les coaches avec des textes prédéfinis par exemple. Cela pourrait être aussi des enregistrements voix.

Et pourquoi pas de la voix en live ?

La voix live est intéressante mais ne permet malheureusement pas de monter en charge lorsqu’on passe par le réseau Internet. Comparé à un cours de Spinning avec de vrais instructeurs où la seule limite est le nombre d’instructeurs. Ici, nous devons gérer un système décentralisé où n’importe qui peut parler. Les entrainements de groupe sont très importants pour nous, nous souhaitons réellement mettre en avant cette utilisation de Zwift. C’est un entrainement structuré, c’est social. Tout est fait pour que ce mode devienne le plus populaire.

Ces derniers temps, plusieurs évènements ont été organisés mettant en scène des coureurs sur des Home Trainer sous la forme d’une course avec une finale. Zwift en a organisé une. Est-ce que cela signifie que désormais vous aimez les courses ? [Eric Min et Jon Mayfield ont, à plusieurs reprises, dit qu’ils n’étaient pas des grands fans des courses sur Zwift] Est-ce que vous allez enfin supporter voire organiser des courses ?

Nous sommes de plus en plus à l’aise avec les courses. C’est loin d’être parfait. Pour que Zwift devienne vraiment un outil ESport il manque une chose importante : l’intelligence du coureur. Aujourd’hui, les courses dans Zwift consistent à appuyer le plus fort sur les pédales pour gagner. Ce n’est pas comme cela que fonctionne les courses dans la vraie vie. Le coureur le plus fort dans la vraie vie ne gagne pas nécessairement.

Vous savez qu’aujourd’hui Zwift n’aide pas du tout la communauté en ce qui concerne les courses. Les évènements, la création des classements et l’anti-dopage sont exclusivement gérés par des personnes externes à la société. Est-ce qu’il ne serait pas possible, à minima, d’aider la communauté à filtrer les tricheurs ? Quand quelqu’un s’inscrit et saisit 80 Kgs et que deux jours après il est à 42 Kgs, Zwift peut le détecter.

Oui, ce que nous pouvons faire c’est donner des outils aux organisateurs d’évènement pour qu’ils fassent eux même la police. Après il faut comprendre que c’est compliqué car tous les tricheurs ne sont pas forcément des ZwiftPower, il y a aussi tout un tas de gens qui ne savent simplement pas calibrer leur home trainer. Il y a évidemment des gens qui trichent consciemment et ceux-là sont généralement signalés par les utilisateurs. Nous souhaitons donner des outils aux organisateurs de courses avec par exemple la possibilité de créer une liste noire. Il faut qu’on en discute en interne mais ce n’est pas une bonne chose d’interdire un service à un client qui paye.

Eric, où en est la voix ? La possibilité de discuter avec un coureur

Nous l’avons mis de côté l’hiver dernier. C’est quelque chose qui va revenir cet hiver. Mais des fois on se pose vraiment la question « est-ce si important ? ». Est-ce que les gens veulent vraiment parler aux autres ?

Il reste des problèmes techniques à résoudre pour sortir cette fonctionnalité ?

Non, ça fonctionne. Il nous reste deux trois choses à régler mais c’est en phase de test. Après, on note quand même que finalement peu de gens utilisent Discord ou TeamSpeak. Dans tous les cas lorsqu’on sortira la voix, il faudra respecter les règles sur la vie privée. Je trouve super l’idée de pouvoir partager avec un coureur une sortie et d’échanger avec lui oralement un moment de convivialité. Mais il faut réfléchir à la manière dont on le fait car certaines personnes ne souhaitent pas se faire importuner. Il y aura un paramètre « Ne jamais parler ou recevoir d’audio ».

Eric, quel est votre FTP, à une époque, elle était de 287 et vous aviez peur, au vu de votre emploi du temps de perdre des Watts ?

Je me suis repris en main depuis l’hiver dernier, la forme est là, j’ai pris un coach et je suis un programme d’entrainement. Avec 5 heures d’entrainement par semaine, j’arrive à être raisonnablement performant, rouler avec mes collègues et faire des sorties de plus de 150 Kms.

Merci Eric.

Traduit par Sami Jaber


Interview de Jon Mayfield, le créateur de Zwift

Jon Mayfield est le Papa technologique de Zwift. C’est lui, il y a quelques années qui a développé dans son garage cet outil capable de récupérer les données de son Home Trainer pour en faire l’actuel phénomène de société qu’on connait aujourd’hui. Dans ce podcast animé par Simon Schofield, Jon se livre assez librement sur de nombreux sujets tels que la roadmap, les courses, les prochaines fonctionnalités. Jon est connu pour être quelqu’un d’assez discret, Simon utilise le terme “low profile” pour le comparer à Eric Min, le PDG de la société, toujours très actif sur les réseaux sociaux. C’est une des raisons pour lesquelles ses interventions sont toujours très prisées. Le podcast fait plusieurs dizaines de minutes, il m’a été difficile d’être exhaustif, j’ai simplement pris des notes et retranscrit de mémoire l’échange. N’hésitez pas à y apporter votre contribution, ma compréhension de l’anglais n’est pas optimale, surtout lorsqu’on suit un épisode de Koh-Lanta en même temps.

L’homme, le cycliste et ses goûts

Le début de l’échange traite de l’homme et du cycliste, ses passions, sa carrière. Jon a commencé la programmation très tôt après avoir découvert l’univers des jeux vidéo puis acheté un livre sur la programmation. Après plusieurs expériences dans des sociétés éditrices de jeux autour de Los Angeles, il a soumis son prototype dans une opération de crowfunding et a fait la connaissance d’Eric Min avec qui il a fondé Zwift. Jon vit à Long Beach et Eric à Londres.

Avant l’ère Zwift, Jon se décrit comme un cycliste solitaire accumulant des centaines de kilomètres sur des distances de type ultra. Passionné de voiture (il possède une Tesla), il est aujourd’hui un homme plutôt débordé et surtout fier d’avoir créé ce jeu aujourd’hui incontournable. Simon pose plusieurs questions à Jon sur ses fonctionnalités préférées de Zwift, notamment les courses. Jon est connu dans la communauté pour le peu d’intérêt qu’il porte aux courses. C’est Eric Min qui l’a convaincu au début sur ce point. Pour Jon, les HT n’étant pas tous égaux d’un point de vue de la calibration, il est très facile de tricher et dans sa position, il se voit mal interdire l’accès à la plateforme à un client parce qu’il a triché. Il salut d’ailleurs à juste titre les travaux du ZADA. Mais lorsqu’il compare l’aspect compétition de jeux massivement connectés tels que  Ligue Of Legends ou Call Of Duty il insiste sur le fait que ces jeux comportent une dimension de compétence technique qui va plus loin qu’accumuler des Watts sur une course. L’utilisation du joystick et les innombrables fonctionnalités en terme d’expérience utilisateur rendent la triche difficile. Voilà pourquoi, pour lui, Zwift est avant tout un jeu pour se dépasser soi-même.

Les autres sports, le recrutement de développeurs

Simon lui pose des questions sur l’intérêt de supporter d’autres sports. Jon acquiesce. Même si pour lui, le cyclisme restera le sport de prédilection de Zwift, ils regardent aussi l’elliptique et d’autres disciplines.  La discussion porte ensuite sur les principales difficultés de la société. Clairement, pour Jon, c’est le recrutement de développeurs expérimentés dans le jeu. Ce domaine très particulier nécessite des connaissances assez pointues. Et dans cette région qui concentre d’autres sociétés spécialistes du domaine, il est très difficile de se démarquer et de convaincre lorsqu’on a un jeu qui sort du domaine habituel des Call of Duty. Les développeurs de jeux aiment pouvoir jouer au jeu qu’ils écrivent et Zwift n’est pas exactement le genre de jeu auquel ils s’adonneraient. D’où la lenteur avec laquelle les nouvelles fonctionnalités sont intégrées.

La roadmap

La grande question : pourquoi la société ne publie pas de roadmap ? personne ne sait quand et qu’est-ce qui va sortir ? La réponse de Jon est simple : cela ne sert à rien car nous changeons d’avis en permanence. Il suffit de regarder les fonctionnalités que nous avions prévu de sortir et celles qui sont effectivement sorties. La moitié de la roadmap a peut-être été respectée et des fonctionnalités supplémentaires qu’ils n’imaginaient pas ont été codées en urgence. En revanche, Jon parle bien volontiers de la roadmap à court terme. Lorsqu’une nouvelle fonctionnalité est implémentée il en parle sur les réseaux sociaux quelques jours avant et la communauté découvre assez vite la nouveauté. Il préfère ce principe plutôt que celui qui consiste à annoncer des choses sans respecter les dates et créer de la frustration.

Sujets de désaccord avec le marketing

Cette partie de l’interview est assez intéressante car Simon demande à Jon quels sont les points de désaccord qu’il peut y avoir au sein de la société. Comme dans toutes les sociétés de ce type, Jon évoque le lien entre les développeurs et le marketing. Le marketing souhaite toujours plus de fonctionnalités permettant de vendre mieux le produit (lien avec les partenaires, les fabricants, …) là où le développeur souhaite se consacrer à l’essentiel : l’expérience du jeu. Dans ce domaine notamment, ils ne sont pas toujours d’accord et ils procèdent à un vote lorsqu’il s’agit de créer les prochaines fonctionnalités. Jon évoque un point particulier de désaccord récent. Le marketing souhaitait qu’une course de 21 jours, sur le principe du tour de France, puisse avoir lieu. Passer 21 jours dans un garage n’est pas vraiment le message que Jon souhaite envoyer à ses utilisateurs. Zwift doit rester un complément à l’outdoor. Quand il fait beau, il ne faut pas hésiter à sortir.

Les futures fonctionnalités

C’est là où les choses deviennent intéressantes. Sans langue de bois, Jon a livré de nombreuses informations et confidences. La première est la refonte des courses avec la possibilité de rouler en circuit fermé. En d’autres termes, vous ne roulerez plus à côté de promeneurs du dimanche si vous faites une courses à 40 Km/h de moyenne. Fini les énormes pelotons à traverser ou les échappées qui en profitent pour sucer les roues de devant. Cela simplifiera énormément la lecture de la liste des cyclistes affichée à droite de l’écran. Seuls ceux participant à la course seront visibles. Une fonctionnalité indispensable !

Jon a également évoqué la version actuelle en test qui intègre d’ores et déjà la personnalisation faciale de l’avatar ou “Facial Customization”. Il sera possible de changer la texture, couleur et forme de sa tête, ses cheveux, etc.. Certains avatars ont bien fait rire l’équipe.

L’autre nouveauté est le mode “Workout & Coach”. Imaginez un ride de groupe avec un coach qui gère un plan d’entrainement dont le contenu s’affiche dans l’interface du mode Workout. On pourra travailler très facilement la vélocité, la force ou la puissance en faisant en sorte que chacun suive ses indices de performances en live. Il est souvent plus facile de fractionner à plusieurs, c’est tout l’intérêt de ce nouveau mode. Le coach pourra vérifier que ses exercices ont été menés correctement et réglera ses plans d’entrainement en fonction des résultats.

Autre nouveauté : la voix. C’est pour cet été. On ne sait pas encore de quelle manière mais la voix arrive dans Zwift, cela permettra de s’affranchir d’outils tels que TeamSpeak.

Une question est posée par Simon sur l’intérêt d’afficher les moyennes. De nombreux cyclistes de la communauté souhaiteraient avoir la vitesse moyenne, le cardio moyen et d’autre valeurs de ce type s’afficher en haut à gauche. Jon n’en voit pas trop l’intérêt car pour lui une moyenne n’exprime pas grand chose notamment lorsqu’il y a une phase d’échauffement qui la plombe de manière significative. Zwift affiche déjà toutes ces informations en fin de sortie, pour lui, c’est suffisant.

Des questions ont porté sur la création d’un ou plusieurs niveaux au dessus de l’actuel 26 que bons nombre d’expérimentés atteignent déjà. Cette question est soulevée régulièrement en interne et ce niveau a plusieurs fois été conçu puis revu, il reste encore quelques modifications à apporter. C’est dans les cartons.

Quid d’une version Android ? Elle est prévue dans la foulée de celle de l’AppleTV et iOS. En revanche, pas de version Playstation ou XBox, les consoles de jeu ne sont pas pour l’instant le segment de marché de Zwift qui, encore une fois, se démarque des autres jeux. [M. de Sami] J’en profite au passage pour vous rappeler qu’une version Française nous a été annoncée en Off par Eric Min, notamment cet été.

Simon a posé une autre question provenant de la communauté. Pourquoi n’y a-t-il pas de longs cols tels que ceux du Tour de France ? La réponse de Jon est simple, l’expérience In-Door et Out-Door lorsqu’il s’agit de monter un col est totalement différente. Au début du jeu, il avait créé ce type de montée mais pour lui, il n’y a rien de plus ennuyeux qu’avancer à 10 km/h sur Zwift avec des paysages monotones. Il préfère mettre l’accent sur l’expérience graphique en apportant des paysages tels que ceux de Watopia (volcan, lave, ponts en bois, villages historiques, …) plutôt qu’un col qui ne retranscrit pas la sensation qu’on peut avoir lorsqu’on monte dans des lacets au dessus d’une vallée ou d’un village.

Une autre question a été posée sur le circuit de Richmond. Pourquoi avoir créé un circuit aussi nul ? A l’origine, ce circuit a été créé suite à un partenariat commercial avec l’UCI lors des championnats du monde. Il est d’accord sur le fait que Richmond ne présente pas un grand intérêt et il est fort possible que ce circuit soit supprimé à terme.

Quand est-ce qu’on va revoir notre ami le Game Master ? Pour ceux qui ne connaissent pas le GM, c’est le chef des cyclistes bleus appelé encore “ghost” ou “cyclistes fantômes”. Ces cyclistes ont été introduits pour créer artificiellement de l’activité sur Zwift. Ils reviendront bientôt, il l’a promis :-).

Une question a été posée sur le “steering” ou la possibilité de jouer avec le jeu de direction, tourner le guidon du vélo. C’est un autre sujet historique qui revient régulièrement et sur lequel ils ont déjà planché. Jon a même fait une confidence. Dans les données gérées par Zwift, il y a les informations de gyroscope envoyées par votre mobile. Tous les smartphone actuels possèdent un gyroscope. Il suffirait de placer le téléphone sur le guidon et de jouer avec le jeu de direction pour que l’avatar puisse tourner. Le problème technique posé par le steering est le décalage entre le moment où le steering est réalisé et l’action concrète réalisée en réseau. Beaucoup de gens ne savent pas que Zwift extrapole énormément d’informations. Lorsque vous appuyez sur les pédales avec une puissance donnée, votre avatar se déplace d’un point A vers un point B de manière locale. Toutes les informations live ne sont pas envoyées en réseau car cela nécessiterait un volume impossible à gérer. Les données de vos concurrents sont aussi extrapolées, voici pourquoi ce qu’on voit sur notre écran n’est pas toujours ce que les autres voient chez eux. Pour en revenir au steering, il suffit que tout le monde décide de se décaler par rapport au cycliste qui est devant pour que la centaine de rouleurs sur une course se retrouvent sur le côté dans une bordure.

Jon a également évoqué les extensions de Watopia, ce n’est apparemment pas encore fini avec l’ile, il rêve de pouvoir rouler pendant 100kms avec des paysages changeant. De nouveaux circuits sont également en préparation, le sujet d’un vélodrome a aussi été évoqué.

Voilà, vous savez tout, Zwift est décidé à nous surprendre dans les mois à venir. Mais n’oubliez pas de prendre l’air …

Sami


Les nouveautés de la version du 2 Mars 2017

La montée du Volcan est enfin là ! Pour l’essayer il suffit de prendre la direction de l’île du Volcan et de tourner sur la nouvelle route ouverte. Préparez-vous à découvrir les plus belles vues de Watopia.

Les autres changements sont :

  • Le maillot du Volcan est désormais gagné sur la montée plutôt que sur le circuit
  • Sous des conditions réseaux complexes, les avatars devraient mieux se comporter lors des intersections
  • L’appareillage du Kinetic Smart Trainer débloque le maillot Kinetic
  • Une nouvelle fonctionnalité appelée “La cible du jour” ou “Daily Target” est ajouté sur le mode Treadmill
  • Un nouveau workout GCN a été ajouté
  • Correction des points d’expérience qui ne sont pas comptabilisés en mode “Pause”
  • Il pleuvra dans certaines portions de Watopia
  • Correction d’un bug sur Mac OSX 10.9.5 qui génère un crash lors de l’appareillage
  • Lors d’un record personnel, Zwift vous jettera des confettis que tout le monde verra
  • Un nouveau profil pour les cartes graphiques GTX 1050, 1050Ti et Titan X (Pascal) a été ajouté
  • Les messages des leaders de sortie vont apparaître en large centrés sur l’écran en plus de la zone dédié à l’événement et de la fenêtre de chat (Seulement sur PC et Mac)
  • Le bouton RideOn sera adossé au nom du coureur plutôt qu’en haut, cela évitera d’avoir à switcher la caméra sur un coureur pour pouvoir le féliciter

RideOn !


Les changements dans la version du 13 Février 2017

Cette nouvelle version inclut les fonctionnalités suivantes :

  • Lorsqu’on connecte un capteur de vitesse, il est possible de spécifier les caractéristiques (taille, circonférence) de la roue
  • Une nouvelle mission intitulée “Pro Jersey” a été ajoutée. Cette mission permet de gagner un maillot Trek.
  • Il est désormais possible de régler l’intensité d’un exercice en ajoutant ou en enlevant 10% pendant la session. C’est particulièrement intéressant si on a commencé un exercice mais qu’on est dans un jour sans ou au contraire si on ne sent plus les pédales.
  • Le score de Stress (ou TSS) est désormais calculé et il apparaît à la fin d’un exercice
  • Les compteurs de temps pour les segments “timés” sont maintenant visibles pendant tout le temps passé sur un segment. C’est intéressant pour battre ses PR ou gagner le KOM de Watopia, tout le long de la montée, le compteur reste affiché.
  • Dans la zone d’attente d’un événement,  Zwift affichera désormais la distance et le rythme (vitesse ou w/kg) assigné à un événement. Cela pour éviter les coureurs qui dépassent régulièrement les zones d’intensité spécifié dans le groupe, ou, à l’inverse, les coureurs qui sont vite lâchés pensant qu’ils pourraient suivre le rythme.
  • Correction d’un problème où un coureur est orienté dans une direction de manière totalement aléatoire la première fois que l’avatar apparaît. Ce coureur se met à rouler dans des endroits bizarres.
  • Correction d’un bug bluetooth qui causait des crash sous Mac OS 10.8
  • Il pleuvra un peu loin à Londres avec cette version

Zwift a également amélioré l’algorithme qui permettait d’identifier les coureurs dont la configuration du HT était mal calibrée. Vous devriez voir les effets de cette modification dans les prochaines semaines.

 


Interview d’Eric Min sur les problèmes de stabilité

Cette interview a été publiée sur Zwiftblog, vous pouvez retrouver l’article original sur http://zwiftblog.com/eric-min-uptime-interview/.

[ZwiftBlog] Les Zwifters ont subi un important problème de stabilité le Mardi 15 Janvier suite à la course KISS Europe/GCN à partir de 20h. Personnellement, je n’ai pas réussi à me connecter à partir du formulaire de login, simplement pour rouler. D’autres se sont retrouvés tout seul en pleine course alors qu’il y avait plus de 1100 participants. Est-ce que vous pouvez nous en dire un peu plus sur ces problèmes ?

Nous avons eu un important problème avec notre base de données hébergée chez notre hébergeur. Dans des circonstances normales, il n’y aurait eu aucun souci mais là c’était un jour très chargé. Nous suspectons notre hébergeur d’avoir réalisé une maintenance disque au même moment. Les lenteurs ont provoqué la mise en file d’attente des utilisateurs qui se sont retrouvés ensuite déconnectés après un timeout de session. C’est un concours de circonstances malheureux mais nous avons mis en place (cette semaine) des mesures pour combattre ce scénario dans le futur.

[ZwiftBlog] Je sais que vous utilisez le service de cloud d’Amazon pour l’hébergement et le moteur de calcul. Est-ce que vous pouvez nous donner plus de détails sur la manière dont tout cela est configuré. Nos lecteurs pourront ainsi se faire une idée plus précise de la charge que cela représente pour Zwift ?

Je ne peux pas rentrer dans les détails de l’architecture Amazon services mais notre architecture est très ordinaire. Si vous connaissez AWS, c’est un système hautement paramétrable qui vient avec son lot de prise de tête ! Mais ce que je peux vous dire c’est que tous les aspects de notre architecture ont été prévus pour pouvoir monter en charge sur plusieurs serveurs.

[ZwiftBlog] Ces derniers mois, il y a eu plusieurs pannes (certaines planifiées et d’autres non). Que pouvez vous nous dire sur les pannes planifiées et non planifiées ?

Personne n’aime les pannes non planifiées ! Par le passé, les arrêts pour maintenance étaient nécessaires afin de mettre à jour notre base de données ou du fait qu’il y avait des risques de problèmes sur l’activité du service lui-même. Mais nous sommes en train de basculer vers une architecture qui permettrait de faire des mises à jour sans interruption du service Zwift. C’est notre objectif.

[ZwiftBlog] Qu’est-ce que Zwift fait pour réduire et éliminer les problèmes de pannes dans le futur ?

Nous pensons que Zwift est déjà capable de supporter de grosses charges. Maintenant nous essayons de nous assurer qu’il soit disponible en permanence. C’est le travail du moment.

[ZwiftBlog] Zwift est une société qui grossit très vite mais ne semble pas très importante en terme d’équipe technique. Lorsque ces pannes surviennent qu’est-ce que les Zwifteur peuvent faire pour être sûr que la situation est gérée par votre équipe ? 

Nous allons créer une page dédiée sur status.io qui permettra à tout un chacun d’avoir une idée précise des incidents et de leur suivi. Les gestionnaires de communauté autour des réseaux sociaux font tout leur possible pour communiquer sur Facebook lorsque ces pannes surviennent. Cela aide beaucoup.

[ZwiftBlog] Quelque chose que vous souhaitez ajouter ? 

J’aimerai insister sur le fait que nous sommes une petite société et même si nous avons levé des fonds auprès d’investisseurs récemment, cela prend du temps pour faire grossir une équipe. C’est notre seconde priorité. Nous avons tous envie d’avancer et sommes très excités par les prochaines fonctionnalités mais la priorité absolue aujourd’hui est de s’assurer que Zwift est une plateforme en permanence disponible.


A noter également que ZwiftFrance a posé la question à Eric Min sur la disponibilité d’une version Française.

Eric Min : It’s all about priorities given the current resources but we plan to move to all of the key European languages this summer! The first thing that will be translated will be the game itself. The website will follow later.

Une version est donc prévue pour les principales langues européennes cet été.


La face cachée de ZwiftPower.com

Zwift a grandi depuis les idées issues de la tête de Jon Mayfield vers cet outil dont il est aujourd’hui largement admis qu’il a révolutionné la manière de faire du vélo d’intérieur. Au début, la priorité de la société était de mettre l’accent sur l’expérience utilisateur. Quant aux cyclistes, leur priorité était de rouler plus vite et mettre en oeuvre le principe des courses que certains utilisateurs avaient déjà commencé à développer. Ce système aujourd’hui largement connu est ZwiftPower qui centralise la majorité des résultats des courses Zwift. Attardons nous un petit peu sur les dessous de ZwiftPower. Continue reading “La face cachée de ZwiftPower.com”


Mise à jour du 29 Janvier 2017

Une nouvelle version de Zwift est disponible depuis le 29 Janvier. Cette version corrige deux points majeurs :

  • En mode Workout l’interface du Jeu se figeait avec pour seule possibilité de tuer le processus en cours avec le risque de perdre les données de l’activité
  • Il est désormais possible de faire des courses ou des rides dans le sens inverse, ce qui ouvre de nombreuses options pour les circuits avec la montée de Fox Hill (le sens inverse de Box Hill)

RideOn.


ODZ Omnium #3 – Like a Brett out of Hell

La 3e et dernière étape de l’ODZ Omnium voyait les coureurs emprunter les difficiles routes du “London 8“. En catégorie A, les deux principaux candidats à la vitoire finale, Brett Boniface et Justin Purificati (Team ODZ), se sont retrouvés face-à-face pendant la majeure partie de la course.

En attaquant avant la première montée de Box Hill, Brett Boniface dévoilait ses ambitions d’entrée de jeu. Au sommet, seuls 4 coureurs composaient le groupe de tête après avoir escaladé la principale difficulté du jour en moins de 6 minutes : Boniface, Purificati (Team ODZ), Lyons (Team ODZ) et Gagnon (Team ODZ). En attaquant sans répit le leader du classement général, Brett Boniface a été chercher le titre de “Super Combatif” de l’épreuve, mais également l’opportunité de disputer la totalité du dernier tour en tête-à-tête avec Purificati. Dans le sprint final, Boniface fut le plus rapide à franchir la ligne, remportant ainsi l’étape du jour. Du côté du classement général, Justin Purificati (Team ODZ) devance Brett Boniface et Alexander Koop.

En catégorie B, le premier passage au sommet de Box Hill a permis de former un groupe composé des costauds du jour: Lefebvre (Team ODZ), Mosbaek (Vision), Anderson (KissRT), Divine (Team ODZ), Sines (Team ODZ), Denning (Team ODZ) et Leech (Team ODZ). Après le 2e tour, seuls trois d’entre eux restaient en course pour la victoire d’étape: Peter Mosbaek (Vision), Tex “Batman” Divine (Team ODZ) et Ron Sines (Team ODZ). Ce dernier remporte l’étape, devant son coéquipier qui, lui, remporte le classement général, tandis que le Danois du team Vision complète le podium de l’étape.

Street takes over

Du côté des Cs, la course s’annonçait tendue avec Skyler Street (KissRT) à seulement 6 points des co-leaders Huberdeau (Team WBR) et Dodd (Team ODZ). Le coureur du KRT s’en est allé seul en tête dès le premier tour pour finalement remporter l’étape. Quelques minutes plus tard, Jules Gagnon (Team ODZ) remporte la lutte pour la 2e place, devant Leigh Huberdeau (Team WBR) et Tim Dodd (Team ODZ). Pour le classement général, Skyler Street (KissRT) et Leigh Huberdeau (Team WBR) terminent à égalité de points, mais les 2 victoires de Street lui donnent l’avantage sur le Canadien.

 

Régulier au cours des 3 étapes, Art Pacione remporte la course en catégorie D pour le 3e jour consécutif. Enfin, le “Prix de la Combativité – q/l Report” de l’étape est remporté par Robert Lyons (Team ODZ), qui s’est sacrifié au profit de ses coéquipiers Justin Purificati et Alexandre Gagnon. “Robert a fait un boulot fantastique, commente Gagnon. Il a imposé un tempo élevé pour empêcher les poursuivants de rentrer, et lorsque j’ai été décroché dans la 2e montée, il s’est relevé pour m’attendre, et me permettre de conserver ma place sur le podium. Rob a joué la carte de l’équipier parfait.

ODZ Omnium #3/Résultats provisoires:
Cat. A:
1- B.Boniface (CAN-U/A)
2- J.Purificati (CAN-Team ODZ)
3- A.Gagnon (CAN-Team ODZ)
GC: J.Purificati (CAN-Team ODZ)
Cat. B:
1- R.Sines (USA-Team ODZ)
2- T.Divine (USA-Team ODZ)
3- P.Mosbaek (DEN-Vision)
GC: T.Divine (USA-Team ODZ)
Cat. C:
1- S.Street (USA-KissRT)
2- J.Gagnon (CAN-Team ODZ)
3- L.Huberdeau (CAN-Team WBR)
GC: S.Street (USA-KissRT)
Cat. D:
1- A.Pacione (USA-U/A)
q/l Report Combativité: R.Lyons (USA-Team ODZ)
q/l Report Super Combatif: B.Boniface (CAN-U/A)

-the q/l Report-