Le comité anti-dopage

Le comité anti-dopage

Le ZADA signifie textuellement “Zwift Anti-Doping Agency”. C’est le comité antidopage de Zwift. Cela peut prêter à sourire mais c’est la garantie que les coureurs qui participent à des courses puissent le faire sans arrière pensées et dans des conditions les plus équitables. La grande majorité des cyclistes ne savent même pas qu’il existe car c’est un nouveau programme dédié quasi exclusivement aux coureurs élites (en catégorie A). Géré par des volontaires, le ZADA s’assure que les performances des coureurs sont cohérentes par rapport à leur données de puissance.

Les personnes derrière ZADA agissent dans l’ombre et prennent des décisions difficiles lorsqu’elles sont nécessaires. La plupart des interventions du comité portent sur les coureurs dépassant les 5w du Kg de moyenne sur une course. Le ZADA peut aussi intervenir lorsqu’ils s’aperçoivent qu’un coureur a tout d’un coup pris de la caisse alors que son historique était plutôt stable.

Jusqu’à présent, les interventions ZADA se résument à trois décisions : “ZADA-approved,” “ZADA-adjusted” ou malheureusement parfois “Auto-DQ“, signe de disqualification.

Comme tout processus de prise de décision, les sanctions prêtent parfois à discussion. C’est le cas notamment du Français Alexis Louge (Equipe dZi) qui a du faire face à cette barrière des 5w.

“Cela a commencé le jour où j’ai reçu une notification zwiftpower m’indiquant que je devais envoyer mes données IRL (In Real Life, dans la vraie vie) prouvant les données de puissance que je développais en course. J’ai emprunté un capteur de puissance, fait le test et transmis mes données au ZADA. Cette situation n’était pas terrible pour moi car j’avais l’impression de générer de la suspicion et d’embêter tout le monde avec mes problèmes. Je n’ai pas insisté sans retour positif de ZADA. Je continue à faire mes sorties de groupes. Plus de courses pour moi. Aujourd’hui, je ne souhaite blâmer personne mais il reste des choses incohérentes. J’ai essayé plusieurs capteurs de puissance et la plupart me donnent des résultats différents, lequel croire ? Mais encore, les règles sont les règles et si cela doit se finir par l’arrêt des courses, c’est OK pour moi. “

Un autre cas récent est celui du coureur Bruno Vieira du team PTz. Identifié comme ZADA-adjusted symbolisé par une balance à côté du nom.

“Comme quelques autres, le ZADA m’a disqualifié de plusieurs courses en me demandant de prouver en IRL mes données. J’ai emprunté à un ami un capteur de puissance et je leur ai envoyé mes données. Après plusieurs échanges, ils m’ont imposé de lester mes données en ajoutant du poids et de la taille pour que mes chiffres Zwift soient en accord avec les données du capteur de puissance. Tout cela a été le fruit de nombreuses conversations mais qui me permettent aujourd’hui de courir. “.

C’est un des cas les plus récents mais il faut savoir que certains Home Trainer produisent des puissances qui n’ont rien à voir avec les performances réelles d’un coureur. Dans ce cas, le ZADA fait en sorte que le coureur puisse continuer à faire des courses sans avoir à acheter un capteur de puissance ou à changer de Home Trainer.

L’autre décision, celle recherchée par la plupart des coureurs élites est le ZADA-approved. Cette décision signifie que les données IRL du coureur sont totalement en phase avec les performances captées par le Home Trainer. C’est le cas notamment de Kim Little du Team X.

“Lorsque le ZADA m’a demandé de prouver mes performances avec un capteur de puissance IRL, je venais juste de faire un chrono et j’avais monté quelques bosses. J’ai envoyé mes données et ils ont croisé les chiffres avec ceux des courses Zwift. Comme j’utilisais le même capteur de puissance pour Zwift et pour les sorties IRL, j’étais plutôt confiant sur mes performances. Après analyse, le ZADA m’a donné la fameuse étoile que tout coureur recherche”.

Pour l’instant, l’accord ZADA n’est nécessaire que pour les coureurs dépassant les 5w du Kg. En fin de compte, il faut noter que même si le nom “Anti-dopage” fait partie du ZADA, il est très rarement question de dopage dans ces affaires. Ce sont surtout des coureurs qui utilisent sans le savoir des Home Trainer dont le capteur de puissance est réglé de manière incorrecte.  Certains Home Trainer du marché sont ainsi connus pour afficher une puissance surestimée. Sur zwiftpower.com, le type de Home Trainer est affiché en face de chaque nom (Smart, Power, ZPower). Pour avoir l’assurance que les données développées sont correctes, le capteur de puissance reste l’élément le plus sûr accompagné évidemment du cardio, obligatoire dans les courses de catégorie A.

Article adapté et inspiré de l’original sur zwiftblog.com

2 COMMENTS
  • Christian
    Reply

    Bonsoir,
    Le 5 janvier 2017 j’ai participé à une course LTZ Lithuania.
    J’arrive 7ème mais suis à 5,3w/kg et 363w et 65kg qui apparaissent en rouge.
    Samuel de zwiftFrance me dit de faire attention, c’est considéré comme un dopage sur zwift.
    C’est la 1ère fois que je participe à une course sur zwift et je ne voudrais pas être mauvais joueur.
    Alors, j’ai augmenté mon poids de 65kg je passe à 75kg pour voir, et ma taille à 1m74 à la place de 1m60.
    Voilà, on verra demain matin une zwift race E à 8h45 2laps London Loop
    Si ça va, je ferais the P race C à 15h05 6laps London classique.
    Donc, comment faire pour baisser les w/kg tout en pédalant 100tpm comme les leaders?

  • Eddy Strauven
    Reply

    Ce 5 septembre 2018, lors d’un sprint en roulage libre, j’ai atteint durant une fraction de seconde les 10w/kg donc 800w.
    J’ai reçu l’alerte “tricherie” et me suis vu appliqué le triangle orange du dopage.
    Le capteur de puissance de mon H.T. semble bien réglé et mes temps par tour ou par segment sont très très loin des KOM.
    Lors de mon 1er test à mon inscription, j’ai déjà dépassé les 700w (5 secondes) donc je ne comprends pas pourquoi zwift m’accuse de tricherie pour 800w durant une fraction de seconde. Suis déçu.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *